REJOIGNEZ NOUS

lectures : 342

soutiens : 2

Electricité, vraiment ?

On entend de plus en plus dire que la décarbonation de l'économie passe par l'électrification des usages. Est-ce la solution ?
Pour répondre à cette question il faut d'abord savoir ce que l'électricité émet comme CO2. La récente étude du cabinet Watt's Next sur les énergéticiens européens nous éclaire. Ainsi voit-on que les émissions par kwh consommé varie de 19 à 895 grammes. C'est là un écart colossal qui s'explique par la part de production respective de l'éolien, du solaire, du nucléaire ou de l'hydraulique peu émetteur de CO2 comparée à la part d'energies carbonées que sont le charbon, le pétrole et le gaz. Si l'autrichien Verbund, le norvégien Statkraft, le français EDF ou le danois Ørsted apparaissent comme des fournisseurs d'une électricité faiblement carbonée, d'autres opérateurs allemands ou polonais notamment produisent une électricité émettrice de CO2. 

Cela prouve deux choses. la première est qu'il existe une électricité carbonée (pas moins émettrice de CO2 que les énergies fossiles) et une électricité décarbonée. Le second enseignement est qu'il existe bel et bien une électricité décarbonée qui dès lors qu'elle est décarbonée peut permettre de décarboner les usages. Si on ajoute aux critères des émissions de CO2 celui de la renouvelabilité de la source, l'hydraulique, l'éolien et de solaires apparaissent au coeur du dispositif de décarbonisation.

Ainsi un véhicule électrique qui circule en Allemagne ou en Pologne est aussi polluant qu'un véhicule thermique. En revanche un véhicule électrique qui circule en Autriche, en Norvège, en France ou au Danemark permet effectivement de réduire les émissions de CO2. Alors que faire ? Choisir l'hydrogène ? Mais cela se heurte à la réalité actuelle : la quasi totalité de l'hydrogène vendue dans le monde est produite à partir de CH4. Donc le véhicule hydrogène est aussi polluant qu'un véhicule thermique. Reste la solution de solution de produire l'hydrogène par électrolyse, ce qui renvoie à l'électricité.

Moralité : Oui l'électricité est la solution pour décarboner les usages à condition de décarboner l'électricité. Mais en rester à ce seul credo serait faire abstraction de la question systémique que soulèvent les émissions de CO2, à savoir la gloutonnerie de nos sociétés. L'électrification est surement solution à court-terme, mais si la transition qui s'engage en reste là, c'est à dire se satisfaire de la première solution trouvée sans requestionner le système nous nous heurterons très vite au sujet de la finitude des ressources. C'est pour cela qu'il ne faut pas oublier que l'énergie qui pollue le moins reste celle que l'on n'utilise pas. Et donc que la sobriété énergétique et l'électrification sont les deux jambes indispensables pour avancer sur la voie de la transition écologique de la société. Cela passe par l'efficacité énergétique de chaque usage, par la chasse intensifiée à tout gaspillage, à la réflexion poussée sur le recyclage et surtout pas une réflexion globale sur la pertinence et l'utilité de chaque usage.

Partager