REJOIGNEZ NOUS

lectures : 384

soutiens : 2

De l'utilité du rétrofit

Le véhicule thermique des particuliers est le premier poste d'émission de CO2. Cette vérité est tenace en dépit des nombreuses fake news qui circulent sur les réseaux sociaux voulant à tord nous faire croire le contraire. Les bateaux et les avions représentent une très faible part des émissions de CO2. Aussi pour réussir à réduire de 45% nos émissions de CO2 d'ici à 2030 la voiture électrique est un incontournable.
D'aucuns discutent pour savoir quels sont les avantages comparés du véhicule électrique. Le vrai raisonnement est simple : si nous poursuivons sur le véhicule thermique, nous allons dans le mur et ne réusssirons jamais à atteindre nos objectifs.

Mais si le véhicule électrique est partie prenante de la solution globale, deux questions se posent. La première il va falloir au même rythme décarboner l'électricité là où tournent encore des centrales à charbon, au fuel ou à gaz. La seconde question est celle du rythme de la conversion globale du parc thermique en parc électrique.

Sur les ventes de voitures neuves le rythme s'accélère dans plusieurs pays. Ainsi en France en septembre 2021 il s'est immatriculé 18 148 véhicules 100 % électriques et 11 847 véhicules hybrides rechargeables (ou PHEV). Soit 17,8 % des immatriculations ! Ce ne sont plus des chiffres marginaux.

Quand on voit certains constructeurs annoncer dans Le milieu de la décennie la fin de la conception des moteurs thermiques, et quand on observe l'évolution réglementaire des Etats et des grandes villes, on peut raisonnablement penser que le basculement massif au véhicule électrique est crédible d'ici à 2030.

Mais il s'agit là des véhicules neufs. Or vu l'âge moyen du parc, les émissions de CO2 reposeront à la fin de la décennie sur le parc actuel thermique.

Qu'est-ce que le rétrofit ?
Cela consiste à convertir une voiture à motorisation thermique (essence ou diesel) en motorisation électrique (à batterie ou à pile à combustible) afin de donner une seconde vie à des véhicules thermiques. Concrètement cela revient à retirer le moteur thermique ainsi que le réservoir du véhicule et à les remplacer par un moteur électrique et une batterie.

En faisant cela on se donne une chance de réduire d'autant le stock de véhicules thermiques et d'accélérer la diminution des quantités de CO2 et de polluants atmosphériques émises lors des déplacements quotidiens.

Ainsi depuis le 4 avril 2020, il est autorisé d’électrifier un véhicule thermique pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. La loi Le permet pour toute voiture thermique de plus de 5 ans.

Pour ce faire il existe désormais des entreprises de rétrofit agréés capable de réaliser l'opération en quelques jours. Les kits déjà fabriqués sont installés par les rétrofiteurs. L’arrêté du 13 mars 2020 précise que « Le fabricant garantit la préservation de l’intégrité de tous les éléments du véhicule transformé avec un dispositif de conversion électrique qu’il commercialise. Il assume la responsabilité d’une détérioration éventuelle de tous les éléments du véhicule transformé et de toute pièce susceptible d’être en contact avec, ou dégradée par tout ou partie du dispositif de conversion électrique ». Les durées de garantie peuvent différer en fonction du type de batterie installée. Les retrofiteurs s'engagent sur des garanties qui vont de 3 ans à 7 ans, avec des limites complémentaires en kilomètres ou en nombre de cycles de recharge pour certains. A noter que le véhicule doit être immatriculé de nouveau. Le retrofiteur s'en charge.

Le rétrofit permet de bénéficier des avantages d’un véhicule électrique. Ainsi les véhicules retrofités en électrique ne sont pas concernés par les restrictions de circulation liées aux émissions de gaz à effet de serre. S'ajoute le coût d’usage et d'entretien moins cher pour un véhicule électrique que pour un véhicule thermique.

Le prix du rétrofit électrique s'élève à 8 000€ pour une petite citadine et peut atteindre plusieurs dizaines de milliers d’euros pour un plus gros modèle. La fourchette moyenne d’un rétrofit se situe entre 15 000 € et 20 000 €. Ce qui reste moins élevé que celui d’un véhicule électrique neuf de même gamme.

De ces montants il convient de déduire la prime versée par l'État. En effet depuis le 1er juin 2020, le rétrofit électrique ouvre droit à :
✅5000 euros pour une voiture si le bénéficiaire est une personne physique dont le revenu fiscal de référence par part est inférieur ou égal à 18 000 euros ;

✅2500 euros pour une voiture si le bénéficiaire est une personne physique dont le revenu fiscal de référence par part est supérieur à 18 000 euros ou une personne morale ;

Le véhicule doit avoir été acquis depuis au moins un an et ne pas être cédé dans les six mois suivant la transformation ni avant d'avoir parcouru au moins 6 000 kilomètres.
Pour en savoir plus sur les aides en faveur de la mobilité propre : https://www.ecologie.gouv.fr/prime-conversion-bonus-ecologique-toutes-aides-en-faveur-mobilite-propre

Alors le rétrofit une solution d'avenir ? Sûrement un outil dans la panoplie pour aller vers des transports peu ou plus émetteurs de CO2. Sachant que les transports en commun et les transports doux restent les solutions les plus pertinentes. Un kilomètre parcouru à pied pour emmener son enfant à l'école ou pour aller chercher son pain n'émet pas de CO2 et est excellent pour la santé.

Partager