REJOIGNEZ NOUS

lectures : 375

soutiens : 2

Compensation Carbone

Le principe de la compensation carbone consiste à participer au financement de projets de décarbonation pour effacer mathématique tout ou partie de ses propres émissions.

Ainsi, pour prendre un exemple, un industriel A émet 300 kg de CO2 et n'a de solution simple pour réduire ses émissions. De même un industriel qui 700 kg n'a pas davantage de solution. Un industriel C qui émet 3 Tonnes de CO2 a trouvé une solution pour diviser par 3 ses émissions de CO2 et la ramener à 1 Tonne. Mais sa solution est coûteuse.
L'industriel A paie 10% du projet de l'industriel C. L'industriel B paie 23% du projet de l'industriel C.
Collectivement les industriels A, B et C qui émettent 4 Tonnes vont réduire de 2 Tonnes de CO2, c'est à dire baisser de 50 % leurs émissions. Soit peu ou prou l'ambition à atteindre d'ici 2030. L'industriel va réduire de 33% le coût de son investissement.
L'industriel C dépasse son niveau d'ambition mais cela ne lui coûte pas plus cher que s'il baissait de 50% ses émissions c'est à dire dans cet exemple 1,5 T. Les industriels A et B continuent d'émettre respectivement 300kg et 700 kg. Mais ils ont financé une réduction de 150 kg et 350 kg respectivement. Ce qui revient à effacer mathématiquement la moitié de leurs émissions.

Les avantages de la compensation sont de donc de permettre de financer des projets de réduction des émissions de CO2 via des tiers et ainsi d'augmenter les volumes financiers vers la transition écologique. De plus a priori ce sont les projets les moins chers qui sont financés. Et donc cela accroît d'autant l'efficience de chaque euro investi.

Ce présuppose qu'il existe un marché pour cela et que le prix de la tonne de CO2 compensé soit inférieur aux sanctions ou au prix marché de la Tonne de Carbone. Jusqu'à présent le prix marché était tellement bas et les volumes de droits à emettre du CO2 tellement élevés que nul n'avait intérêt au dispositif. Les choses évoluent dans le bon sens. Le prix de la Tonne de CO2 évolue vers 50€ et les Etats réduisent les droits d'émettre.

Les inconvénients de la compensation sont nombreux. D'aucuns y voient un risque de green washing au motif que cela n'incite pas à agir sur des propres sujets. Il convient d'avoir en tête que la compensation carbone n'est qu'une solution provisoire. Et qu'une entreprise qui compense se retrouvera un jour en situation de devoir faire les investissements chez elle par épuisement de la ressource de compensation (macroeconomiquement tous les projets moins chers auront été réalisés). Mais les principaux griefs sont là véracité de la baisse de CO2 et les risques de fraudes. Cela implique donc pour le premier point des auditeurs qui en valident la réalité et le niveau. Et pour le second il est indispensable d'avoir des organismes certificateurs qui s'assure que les vendeurs de projets ne vendent pas plusieurs fois leur projet et le réalisent.

Ainsi auditeurs, certificateurs, monteurs de projets, experts pour la mise en relation sont nécessaires au bon fonctionnement de la compensation. Pour l'instant de nombreux acteurs émergent en ordre assez dispersés et sans véritable cadre juridique et normatif. C'est sur ces deux derniers points qu'il sera indispensable d'agir si on veut que la compensation soit un instrument transitoire de la baisse des émissions de CO2

Partager