REJOIGNEZ NOUS

lectures : 266

soutiens : 2

Avec 424,7 ppm de CO2 dans l'atmophère 2023 signe un terrible record

Les 4 et 5 mai la base de Mauna Loa a mesuré une concentration de Co2 dans l'atmosphère de 424,7 ppm (millionième). C'est hélas un nouveau et terrible record, pire la marque d'une accélération de la dérive climatique. 
La concentration en CO2 dans l'atmosphère fluctue en fonction de nombreux paramètres naturels et des rejets de CO2 émis par l'activité humaine.
De tout temps d'humanité la concentration en CO2 à oscille entre 180 et 280 ppm.

Puis à partir du début de l'ère industrielle, sous l'effet des émissions dues au charbon, la concentration à augmenté de façon inquiétante. 
Au charbon s'est joint le pétrole et le gaz faisant bondir franchissant pour la première fois en 1950 la barre des 300 ppm. Dès lors l'ascension vertigineuse et létale, pour les grands équilibres indispensables à la vie humaine, se poursuit. 

Depuis 1958 la National Oceanic and Administration (NOAA) a installé a Mauna Loa, une île au cœur du Pacifique, loin des sources de pollutions, une base de mesure de la concertation en CO2. Celui-ci est mesuré quotidiennement par absorbtiofmn infra rouge, fournissant à la science une séquence de données unique. Il en ressort des cycles infra annuels avec un pic autour d'avril-mai. Avec une réalité terrible, chaque année le pic croit. Jusqu'à atteindre 400 ppm en 2016. Croissant de 2 points chaque année. Et même en cette année 2023 de 3,6 ppm. Sauf à ce que la donnée soit cette année impacté par le volcan, celui donnerait une accélération de la hausse déjà fulgurante.
Or plus la concentration en CO2 est importante plus le réchauffement climatique s'accélère. 
Le seuil d'urgence climat est plus que dépassé, et toutes les violences climatiques le montrent l'urgence pour l'humanité aussi.

Partager