REJOIGNEZ NOUS

lectures : 113

soutiens : 2

tiédeurs de la COP27

La COP27 s'achève et ne laissera pas de trace indélébile, sinon la mise en exergue de ce que les chefs d'états sont égoïstement arcboutés sur leurs prébendes nationales. Les applaudissements timides et clairsemés des participants à l'annonce des accords conclusifs en témoignent. "Nous devons drastiquement réduire les émissions de CO2 maintenant, et c'est une question à laquelle la COP n'a pas répondu" commente le Secrétaire Général des Nations Unies. Et en effet lors de cette COP27 n'a ouvert à aucune déclaration d'avancée dans la réduction des émissions de CO2 alors même que la somme des engagements de la COP26 n'aboutit qu'à provoquer une hausse de 2,8°C. Et que même cette ambition n'est pas traduite en actes... ce qui laisse la planète sur sa trajectoire actuelle de quelle +4°C moyenne globale terrestre. Ce qui ouvre à un quadruplement des dégâts climatiques d'ores et déjà constatés avec +1,1°C.

Certes ce n'était pas l'objet de la COP27, la révision des INBC se faisant à rythme de 5 ans. Mais l'urgence de la situation aurait nécessité des ajustements intermédiaires. Nous n'avons que 8 ans (et sans doute moins) pour ramener la trajectoire sur une hausse contenue à 1,5°C telle que la COP26 en est convenue. Point positif cet objectif de 1,5°C à été réaffirmé, même s'il y a loin de la coupe aux lèvres. 

"Ce que nous avons là, c'est un pas en avant trop court pour les habitants de la planète. Il ne fournit pas assez d'efforts supplémentaires de la part des principaux émetteurs pour augmenter et accélérer leurs émissions de CO2" commente Frans Timmerman, Vice-président de la Commission européenne. 

La seule véritable et bien modeste avancée de la COP27 est la reconnaissance des pertes et dommages dues par le pays riches aux pays pauvres, au titre de leurs émissions passées et actuelles. Cela se traduira par la création d'un fond international de dédommagement. Dont on ne connaît ni le montant, ni les contributeurs, ni les modalités de fonctionnement ! Alors même que les besoins sont immenses, on parle de quelques 300 milliards de dommages climatiques mondiaux pour la seule année 2022.

Cependant certains pays vulnérables et ONG se félicitent de cette avancée. Il est vrai que c'est une reconnaissance historique. Reste à la traduire désormais en monnaie sonnante et trébuchante. C'est moralement indispensable et écologiquement efficace, car tout ce qui monétarise le coût du réchauffement climatique pousse les acteurs économiques à l'action pour diminuer celui-ci. Et il y a urgence pour le Climat et Urgence pour l'humanité et tout particulièrement pour les plus vulnérables d'entre nous.

Partager