REJOIGNEZ NOUS

lectures : 362

soutiens : 1

Shell condamné à réduire ses émissions de CO2

Au terme d’une procédure judiciaire engagée par 17 000 citoyens néerlandais mobilisé autour de Milieudefensie, la section néerlandaise des Amis de la Terre, d’Aid Pays-Bas, de Both ENDS, de Fossil Free Pays-Bas, de Greenpeace Pays-Bas, la multinationale Shell a été jugée par un tribunal néerlandais responsable « pour ses activités de changements climatiques dévastateurs ».

Le verdict du tribunal de La Haye contraint Shell à réduire ses émissions de CO2 de 45 % d’ici à 2030.

Cette décision est historique car c’est la première du genre qui oblige une multinationale à faire sa part de réduction des émissions de CO2. Sur le fond elle est pleine de bon sens. Pour atteindre les objectifs des accords de Paris et limiter la hausse des températures moyennes terrestres à +1,5°C, il faut que toutes les émissions de CO2 diminuent de 45% d’ici 2030, puis qu’en 2050 nous ayons atteint la neutralité carbone. Par ce jugement le tribunal de La Haye demande tout simplement à Shell de faire sa part du chemin, comme tout le monde !

Comme le souligne l’avocat des plaignants : « C’est un tournant dans l’histoire. Ce procès est inédit, car c’est la première fois qu’un juge impose à une grande entreprise polluante de se conformer à l’Accord de Paris sur le climat. Cette décision pourrait aussi avoir des conséquences majeures pour d’autres grands pollueurs. »

Surtout le tribunal affirme que Shell est responsable pour la production et pour l’usage de ses produits. Une claque puissante à un géant pétrolier pollueur ! Il se passe enfin quelque chose du côté des pétroliers. Au même moment Total affiche un changement de stratégie en s’affichant comme un multi-énergéticien… Les jours du pétrole seraient-ils enfin comptés ?

Cette décision de La Haye démontre après d’autres jugements récents que la voie juridique est un chemin supplémentaire pour contraindre les pollueurs et les gouvernements à agir.

Cela démontre la puissance des accords internationaux comme ceux signés lors de la COP21 puisque c’est sur ce texte que c’est appuyé le tribunal pour apprécier la nécessité d’agir.

Plus que jamais l’inaction doit être bannie. Il y a Urgence pour la Planète, il y a Urgence pour l’Humanité.

Partager