REJOIGNEZ NOUS

lectures : 284

soutiens : 2

Le jour de dépassement, que penser de sa stabilité ?

Jeudi 28 juillet 2022, le jour de dépassement est atteint ! Autrement dit nous avons en moins de 7 mois consommé toutes les ressources que notre Planète est capable de régénérer annuellement.

Que penser de cette date, quand voici trois ans en 2019, le jour de dépassement était intervenu le 29 juillet ?

Tout d'abord rappelons, ce que signifie cette journée symbolique : pour respecter les droits des générations futures nous devrions durant les cinq mois qui viennent jeûner, ne plus consommer la moindre énergie et ne plus nous déplacer ! Énoncer ceci montre l’extrême absurdité dans laquelle nous sommes confortablement installés. Et ceci ne date pas d'hier puisque cela fait 51 ans ! Un demi-siècle que nous vivons aux crochets des générations futures dont nous pillons chaque année davantage les droits légitimes jusqu’à réduire ceux-ci à la portion congrue, voire à une portion désormais potentiellement létale !

L’association Global Footprint Network qui calcule le jour de dépassement actualise chaque année sa méthodologie et ses données. En 1971 le jour de dépassement se situait le 24 décembre; première année où les humains ont consommé plus que ce qui nous est disponible !

En 1982 le dépassement était atteint le 17 novembre.

En 1992, le 14 octobre.

En 2002, le 22 septembre.

En 2012, le 11 août.

En cinquante années le jour de dépassement a avancé de 150 jours. Depuis trois ans il n'a progressé que d'une journée. Faut-il voir là un début de un ralentissement, avant une inversion de la tendance ?

Rien de moins sûr. Déjà observons que ramenée à la France, la situation est pire encore puisque les calculs de la branche française de l'ONG et les calculs de WWF France convergent pour donner un jour de dépassement français dans les tous premiers jours de mai !!!

Non seulement nous émettons trop de CO2 menaçant les équilibres climatiques terrestres, mais nous altérons gravement les différentes ressources (eau, minerais, matières première, etc.), pire nous avons enclenché la 6ème extinction des espèces… et vu que nous sommes l’espèce référente du 6ème cycle du vivant, comme les dinosaures l’étaient pour le 5ème cycle précédent, nous engageons par notre inaction coupable jusqu’à notre existence même.

L'extrême chaleur de l'été et la sècheresse potentiellement historique que nous connaissons devraient nous amener à penser que non seulement nous tirons sur la corde depuis cinquante ans, mais que de plus nous nous approchons du moment fatidique où cette corde pourrait casser. L'épidémie de Covid19 et la guerre en Ukraine devraient nous convaincre que des événements additionnels peuvent accentuer le déséquilibre de nos sociétés instables dans la mesure où la quille de notre navire économico-social se nomme "carbone" au travers du triptyque charbon, pétrole et gaz. Les déclarations des différents gouvernements de la planète laisse plutôt à penser que nos gouvernants cherchent des parades immédiates aux instabilités sociales que le prix élevé du pétrole et la pénurie de gaz font peser sur nos sociétés, plutôt que de prendre la mesure réelle de l'urgence vitale que notre gloutonnerie en carbone fait peser sur la tête de nos enfants.

Alors il est plus que prématuré de voir dans ce ralentissement de la progression du jour de dépassement. Il est à craindre que des facteurs conjoncturels y jouent une plus grandes part que les facteurs structurels. Or ce n'est qu'en inversant les causes structurelles du réchauffement et de la surexploitation de la planète que nous freinerons et inverserons la tendance. Face à l'urgence climatique, face à l'urgence pour l'humanité, agissons.

Agissons car il existe des solutions. Une prise en compte intégrale des impacts dans les choix économiques et politiques est possible. Ceci est vrai à l’échelle des décideurs économiques et politiques nationaux et locaux. Ceci est vrai pour chacune et chacun d’entre nous. Utiliser le calculateur d’empreinte Carbone est un bon moyen de savoir où individuellement nous en sommes. Simuler des comportements différents est une voie vers l’action engagée. Soyons tous des colibris actifs.

Partager