REJOIGNEZ NOUS

lectures : 342

soutiens : 1

Le GIEC publie une synthèse alarmante

Nous menacions jusqu'à présent les conditions de vie de nos enfants et petits-enfants par notre gloutonnerie en CO2. Désormais c'est nous-même qui sommes menacés au sein même de notre espérance de vie !!! Les trajectoires que dessine le GIEC dans la synthèse de son 6ème rapport sont alarmantes. Ainsi les politiques publiques à l'œuvre en 2020 sont porteuses d'une hausse des températures de +2,4°C à +3,5°C. Très loin de l'objectif affiché par le collectif des nations de rester en deçà de +1,5°C

" Les activités humaines, principalement par le biais des émissions de gaz à effet de serre, ont sans équivoque causé réchauffement climatique, avec une température de surface globale atteignant 1,1 °C au-dessus de 1850-1900. En 2011-2020. les émissions de gaz à effet de serre ont continué d'augmenter, avec des contributions historiques et continues inégales découlant de l'utilisation non durable de l'énergie, de l'utilisation et du changement d'affectation des terres, des modes de vie et des modes de consommation et production entre les régions, entre les pays et au sein des pays, et entre les individus" affirme le rapport du GIEC. Ainsi 40% des émissions de Gaz à effet de serre sont attribuables au mode de vie des 10% de foyers les plus riches !!!

Et selon le rapport du GIEC "Le changement climatique a déjà causé des impacts étendus et des pertes et dommages connexes sur les systèmes humains et les écosystèmes terrestres, d'eau douce et océaniques altérés dans le monde entier. La disponibilité physique de l'eau comprend l'équilibre de l'eau disponible à partir de diverses sources, y compris les eaux souterraines, la qualité de l'eau et la demande de eau." L'épisode que nous connaissons en France en printemps d'une alerte sur nos niveaux d'eau s'inscrit dans ces perspectives inquiétantes.

S'il identifie des trajectoires délétères de hausse du climat de +4,8°C en absence de réponse, alors même qu'avec +1,1°C actuellement la Terre connait des températures qu'elle n'a pas connu depuis 2 millions d'années, c'est à dire que l'homme n'a jamais connu (ni Homo Erectus, ni Neandertal, ni bien sûr nous Sapiens),  le rapport du GIEC considère que la porte des solutions viables n'est pas encore fermée : " Certains changements futurs sont inévitables et/ou irréversibles mais peuvent être limités par des changements profonds, rapides et réduction durable des émissions mondiales de gaz à effet de serre. La probabilité d'accident brutal et/ou irréversible les changements augmentent avec des niveaux de réchauffement global plus élevés. De même, la probabilité de faible probabilité les résultats associés à des impacts négatifs potentiellement très importants augmentent avec un réchauffement climatique plus élevé." Autrement dit l'humanité marche désormais sur un fil ténu, et seule l'accélération massive des programme de lutte contre les émissions et rejets de CO2 dans les années qui viennent immédiatement serait à même de faire mentir les prévisions les plus alarmantes. "Toutes les trajectoires mondiales modélisées qui limitent le réchauffement à 1,5 °C (> 50 %) sans dépassement ou avec un dépassement limité, et ceux qui limitent le réchauffement à 2°C (>67%), impliquent des changements rapides et profonds et, dans la plupart des cas, immédiats : réductions des émissions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs au cours de cette décennie."

Plus que jamais nous dit le GIEC, il y a urgence pour le climat et surtout urgence pourl'humanité.

Partager