REJOIGNEZ NOUS

lectures : 384

soutiens : 2

Le gaz le naturel n'est pas du tout écologique !

Gaz naturel ? Ce joli nom marketing désigne en réalité le méthane (CH4) une énergie fossile qui contribue particulièrement au réchauffement de la planète.
Ainsi 1 tonne de CH4 contribue sur cent ans 21 fois plus à l'effet de serre que 1 tonne de CO2. Et si l'on regarde l'impact sur vingt ans (échelle de temps sur laquelle il nous faut urgemment agir) le CH4 est même 84 fois plus nocif.
Les volumes de méthane sont ainsi le 2ème contributeur de notre réchauffement climatique actuel, augmentant d'un tiers l'impact global du CO2.

Pour apporter des solutions, la COP26 vient de voir la signature du "Global Methane Pledge" par quelques 100 pays, représentant les deux tiers de l’économie mondiale.
Sous l'impulsion de l'Europe et des USA ces pays se sont engagés à réduire leurs émissions de méthane de 30% d'ici 2030 par rapport à 2020 et à inventorier et quantifier leurs émissions de méthane.

La Présidente de la Commission européenne, s'est ainsi exprimée :
"Lorsque nous parlons d'action pour le climat, deux échéances différentes se profilent. Il y a celle, bien sûr, de la neutralité climatique d'ici au milieu du siècle. Mais il y en a une seconde, c'est la plus proche des deux et elle est bien plus urgente: c'est l'échéance de 2030. Nous devons agir dès maintenant. (...) Or Le méthane est l'un des gaz dont nous pouvons faire baisser les émissions le plus rapidement. Cette action permettra de ralentir immédiatement le changement climatique. Nous savons tous, en effet, qu'il s'agit d'un puissant gaz à effet de serre. Environ 30 % du réchauffement climatique depuis la révolution industrielle sont imputables aux émissions de méthane. Ce gaz contribue pour 80 fois plus que le CO2 au réchauffement climatique. À l'heure actuelle, les émissions mondiales de méthane augmentent à un rythme sans précédent dans l'histoire humaine. La réduction des émissions de méthane est, par conséquent, l'une des mesures les plus efficaces que nous puissions mettre en œuvre pour réduire le réchauffement climatique à court terme et le limiter à 1,5 degré Celsius. C'est l'objectif le plus facile à atteindre. (...) La réduction des émissions de méthane présente des avantages évidents. Pour la planète, bien sûr, mais aussi – et beaucoup – pour les populations. En effet, si nous honorons et mettons en œuvre cet engagement, nous pouvons prévenir plus de 200 000 décès prématurés."

Les émissions de méthane proviennent de diverses sources : productions d'énergie fossile, transport de gaz, chauffage au gaz naturel, agriculture et décharges.
Certains pays ont d'ores et déjà interdit le chauffage au gaz comme les Pays-Bas ou comme l'Angleterre dès 2023...

Alors que la trajectoire de limitation de la hausse des températures se situait à +2,7°C à l'ouverture de la COP26, cet accord cumulé à celui pris également par les États sur le charbon, devrait contenir nos gaz à effet de serre. Le réchauffement de la planète pourrait être limité à +1,8 °C, a déclaré le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), Fatih Birol, lors d'une conférence à Glasgow.

Ce chiffre mérite d'tre confirmé. Mais acceptons en l'augure, cela signifierait que la COP26 a marqué une étape utile dans l'engagement des Etats à agir.
Reste donc plus qu'à passer en mode action pour répondre à l'urgence pour le climat et à l'urgence pour l'humanité

Partager