REJOIGNEZ NOUS

lectures : 436

soutiens : 2

La fonte du pôle nord s'accélère

La fonte des glaces menace-t-elle les Ours blancs ou les hommes ?
Pour la seconde fois en moins de dix ans la calotte glaciaire s'est réduite comme peau de chagrin : 3,74 km2 en ce mois de septembre contre 6,30 km2 de taille moyenne à cette saison de l'année sur les quarante dernières années. Une baisse considérable de -40%.

Pour certains ceci constitue une grave atteinte à l'habitat et la survie des Ours blancs. Pour d'autre une belle opportunité de créer de nouvelles routes maritimes arctiques.

Et si c'était en réalité une menace grave pour l'homme et sa survie ?

Car la calotte glaciaire n'est pas simplement une réserve naturelle pour ours blancs, renards des neiges ou autres animaux marins, elle est avant tout le principal bouclier contre les rayonnements du soleil. Avec son immense masse blanche au sommet de notre planète elle renvoie une part significative du rayonnement thermique et évite ainsi a la Terre d'emmagasiner cette énergie et de ce réchauffer. Sans les masses glaciaires du pôle nord la température terrestre serait plus élevée. Or nous n'avons certainement pas besoin de cela en ce moment crucial de réchauffement.

L'autre fonction essentielle du pôle nord est la fonte lente et régulière de l'eau qui s'enfonce dans l'océan, car l'eau non salée qui fond ainsi est plus lourde que l'eau saline. Ces cascades d'eau douce au pôle nord alimentent une gigantesque circulation de courants marins qui longent les côtes americaines, contournent l'Afrique, s'enfoncent dans les grands failles au large du Japon et reviennent en sens inverse longeant dans leur partie terminale les côtes europeeennes chargés de chaleur. D'où la douceur du climat bordelais, au regard de celui de New-York juste en face, propice à la culture des grands crus. Plus de glace, plus de Golf Stream et dont plus de vins de Bordeaux. Ou plus prosaïquement un temps moins clément sur la façade atlantique européenne. Plus globalement l'arrêt du Golf Stream qui régule les variations climatiques mondiales aurait des conséquences néfastes dans beaucoup de partie du globe.

Alors oui le péril qu'encourent les ours blancs peut à juste titre nous alarmer mais nous ferions mieux de nous inquiéter pour nous même l'humanité et agir ! Agir urgemment tant qu'il en est encore temps.

Partager