REJOIGNEZ NOUS

lectures : 298

soutiens : 3

Greta Thunberg à l'ONU

Qu'une jeune fille de 16 ans vienne dire aux chefs d’État leurs vérités irrite.

Un président se moque de son physique et de son handicap.

Un autre, le nôtre, se moque de la jeunesse de son pays qui exprime démocratiquement des idées.

D'autres soutiennent qu'elle serait sous influence de puissants lobby, voilà une étrange assertion qui se retourne aisément.

Sans doute Greta est l'objet d'une sur exposition médiatique mais la faute n’incombe-t-elle pas à notre société de l'hyper focalisation visuelle et émotionnelle d'une part et à ceux qui l'invite… dont d’ailleurs pour notre pays les députés de la majorité présidentielle qui ont d’ailleurs récemment organisé sa venue et utilisé sa notoriété.

Au-delà de la forme, l’essentiel est dans le fond. Le fond c'est ce qu'a dit Greta, et nous sommes nombreux à partager cette analyse certes terrible, mais hélas réaliste et étayée par toutes les études scientifiques. C'est le cas d’Urgence Climat Urgence Humanité. Exprimer cette réalité y compris à la face de ceux qui préfèrent ne pas entendre. Voici 17 ans le Président de la République Française Jacques Chirac disait d’ailleurs à peu près la même chose : notre maison brûle et nous regardons ailleurs.

Alors oui ayons le courage de regarder et dire la réalité en face. C'est le meilleur moyen de l’affronter pour la résoudre. Il est encore temps. Agissons maintenant !

Alors plutôt que de sombrer dans la polémique… voici la retranscription de la traduction intégrale du discours de Greta. Chacun se fera ainsi son opinion :

"Ce n'est pas normal. Je ne devrais pas être ici. Je devrais être en classe de l'autre coté de l'océan.

Et pourtant vous venez tous nous demander d'espérer à nous les jeunes.

Comment osez-vous ?

Vous avez volé mes rêves et ma jeunesse avec vos mots creux. Et encore, je fais partie des plus chanceux !

Des gens souffrent, des gens meurent, et des écosystèmes s'écroulent. Nous sommes au début d'une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez c'est d'argent, et de contes de fées racontant une croissance économique éternelle. Comment osez-vous ?

Depuis plus de 30 ans, la science est parfaitement claire.

Comment osez-vous encore regarder ailleurs ?

Vous venez ici pour dire que vous faites assez, alors que les politiques et les actions nécessaires sont inexistantes.

Vous dites que vous nous entendez et que vous savez que c'est urgent, mais peu importe que je sois triste ou énervée, je ne veux pas y croire. Car si vous comprenez vraiment la situation, tout en continuant d'échouer, c'est que vous êtes mauvais, et ça je refuse de le penser.

L'idée commune qui consiste à réduire nos émissions de moitié dans dix ans ne nous donne que 50% de chances de rester en dessous des 1,5° de réchauffement, et du risque d’entraîner des réactions en chaîne irréversibles et incontrôlables. 50%, c'est peut-être acceptable à vos yeux, mais ce nombre ne comprend ni les moments de bascule, ni les réactions en chaîne, ni le réchauffement supplémentaire caché par la pollution toxique de l'air ou les notions d'égalité et de justice climatique.

Ces chiffres reposent aussi sur l'idée que ma génération réussira à absorber des centaines de milliards de tonnes de CO2, avec des technologies encore balbutiantes. Donc 50% de risque de rester en dessous des 1.5° de hausse des températures, ce n'est pas acceptable pour nous, qui devrons vivre avec les conséquences.

Comment pouvez-vous prétendre que ceci peut être résolu en faisant comme d'habitude, avec quelques solutions techniques ?

Avec les niveaux d'émissions actuels, le budget CO2 aura entièrement disparu en moins de huit ans et demi. Aucune solution, aucun plan ne sera présenté pour résoudre ce problème ici, car ces chiffres dérangent, et que vous n'êtes pas assez matures pour dire la vérité.

Vous nous laissez tomber. Mais les jeunes commencent à voir votre trahison. Les yeux de toutes les générations futures sont tournés vers vous. Et si vous décidez de nous laisser tomber, je vous le dis : nous ne vous pardonnerons jamais ! Nous ne vous laisserons pas vous en sortir. Nous mettons une limite, ici et maintenant : le monde se réveille et le changement arrive, que cela vous plaise ou non. Merci !"



Partager