REJOIGNEZ NOUS

lectures : 378

soutiens : 2

Engagement des Etats, selon l'ONU le compte n'y est pas

Au creux de l'été, Patricia Espinosa Cantellano, la Vice-présidente de l'ONU en charge de la convention cadre des Nations Unies sur le réchauffement climatique a fait le point sur ces fameux NDC, les contributions nationales à la réduction des gaz à effet de serre.
Ainsi pour mémoire, lors de la COP21 les 195 États signataires avaient pris la décision de réduire leurs émissions de CO2 afin de limiter le réchauffement à moins de +2°C et si possible à moins de +1,5°C. Parallèlement chaque État avait pris des engagements (NDC) le concernant individuellement. La somme des engagements des États représentait hélas une hausse des émissions en 2030 par rapport à 1990, conduisaient à une hausse des températures de +3,2°C. Certes cela constituait une inflexion de la tendance observée de +4,7°C mais on était loin du compte.


Aussi les Etats s'étaient fixés la COP26 pour rehausser leurs niveaux d'ambition individuelles.
Depuis, et notamment lors du sommet des leaders pour le Climat d'avril 2021 lancé sous l'impulsion de Joe Biden, plusieurs pays dont la Chine, les USA, le Japon, le Royaume Uni et l'Europe ont annoncé une actualisation de leurs actions (cf article : https://urgenceclimat-urgencehumanite.org/fr/blog/climate-leaders-summit-2021)

Ainsi à ce jour, selon la synthèse de l'ONU, 110 des pays ont déjà fait connaître l'actualisation de leur niveau d'ambition. Mauvaise nouvelle il manque encore 85 pays qui n'ont pas actualisé leurs ambitions.
Bonne nouvelle, les 3/4 des réponses analysées, conduisent pour la première fois à espérer une réduction des émissions de CO2 en 2030 comparé à 1990.
Mauvaise nouvelle cette baisse serait de seulement 1% !!! Alors qu'il faut une baisse de 45 % pour contenir le réchauffement climatique en deçà de +1,5°C.

" J'appelle les pays qui n'ont pas été en mesure de respecter ce délai à redoubler d'efforts et à honorer l'engagement qu'ils ont pris dans le cadre de l'Accord de Paris de renouveler ou d'actualiser leurs NDC. J'encourage également ceux qui ont soumis leurs NDC à continuer à les réviser et à améliorer leur niveau d'ambition," conclue la Vice-présidente de l'ONU.

Bref, il reste un énorme travail à faire par les États pour inverser la tendance. Et il y a Urgence pour le Climat mais surtout Urgence pour l'Humanité. Cet été le démontre avec la multiplication des catastrophes climatiques et des morts qu'elles engendrent. Juillet 2021 aura été le mois le plus chaud jamais mesuré sur Terre !

Partager