REJOIGNEZ NOUS

lectures : 229

soutiens : 1

3,6 milliards d'humains vivent dans des zones hautement vulnérables au changement climatique

Le climat un sujet pour la planète ou un sujet pour l'humanité ? Les 2 vice-présidents du Groupe 2 du GIEC, groupe qui travaille sur la vulnérabilité des sociétés humaines, des écosystèmes et des systèmes socio-économiques face à la dérive climatique, les conséquences du changement climatique, et les options d’adaptation, Debra Roberts et Hans-Otto Pörtner, qui se sont exprimés dans un entretien au journal Le Monde daté de ce mardin 13 juin apportent un éclairage intéressant.
Pour mémoire le groupe I étudie les bases physiques du climat et analyse les climats passés, présents et futurs. Il établit différents scénarios possibles en fonction des émissions de gaz à effet de serre émises par l’humanité. Tandis que le Groupe III s'attache à identifier les moyens d'atténuer le changement climatique et évalue les méthodes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et l'élimination des gaz à effet de serre de l'atmosphère.
Debra Roberts dresse un constat sans fard : "3,3 à 3,6 milliards d'humains vivent dans des zones hautement vulnérables au changement climatique". Au delà des milieux naturels et de la menace générale sur la biodiversité, Hans-Otto Pörtner estime que "notre espèce est l'une des plus vulnérables en raison de la complexité de nos systèmes d'infrastructures, de notre économie et de notre interdépendance mondiale." Ajoutant que "nous ne sommes préparés ni à ce que nous attend ni aux surprises que nous réserve le changement climatique. " Face à cette réalité et ces perspectives il ne connaît qu'une recette : "éduquer les élèves, nos décideurs politiques et nos chefs d'entreprise, changer notre alimentation et nos manières de nous déplacer, en particulier dans les pays occidentaux. Nous avons besoin d'une véritable transformation." Debra Roberts surenchérit se tournant résolument vers l'action : "Je crois au travail acharné. Le rapport de synthèse du GIEC indique que nous devons réduire nos émissions de 60% d'ici à 2035. Cette baisse sera prédéterminée par les actions mises en place d'ici 2025."
Faire inlassablement œuvre de pédagogie et agir à tous les niveaux de l'économie. C'est le double challenge auquel chacune et chacun d'entre nous devons nous atteler. Ici et maintenant. Le chemin de la lutte contre le réchauffement climatique est connu : électrifier les usages et décarboner l'électricité, dans une logique globale de sobriété.

Faire de la pédagogie et connaitre les voies d'actions, telle est la contribution d'Urgence Climat Urgence Humanité, parmi d'autres.
Let's really go now !

Partager